Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du vendredi 19 mars 1915
Estrée-Wamin, samedi 20 mars 1915
GUERRE 1914-1915
Lord Kitchener passe les troupes indiennes en revue.

3) Ton papa se ferait du mauvais sang en voyant la manière que les paysans arrangent leur fumier. Ils l'étalent tout simplement au milieu de leur cour, toujours un peu creuse et le laissent pourrir comme cela ; pour circuler autour des bâtiments, ils laissent un trottoir pavé. Dans la ferme où je suis ils mettent trois gros chevaux à un tombereau qu'ils chargent jusqu'à la hauteur des hausses, sans porte avec du fumier pailleux et les voilà partis à cheval .

Ils lient tout leur fourrage en gerbes, ça leur est, disent-ils, plus commode pour le donner à leurs bêtes. Je conseille aux gens de Valencin d'essayer un peu de lier tout leur foin en petites bottes !
Je pense, ma chère Alice, que tu vas quand même te décider à faire le nécessaire pour m'envoyer une agréable dépêche. Ce serait mal de me faire languir si longtemps, voilà un mois que je l'attends.

Je t'embrasse en attendant, ainsi que tous, de tout mon cœur. J'attends aussi certaine carte qui se fait bien longue à venir ; qu'en pense petite Marcelle ? Quel dommage que l'alphabet ait tant de lettres, sans cela je l'aurais déjà reçu !
Bons baisers

Lucien
Lettre du dimanche 21 mars 1915


Nous contacter