Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du jeudi 22 avril 1915
Croisette, dimanche 25 avril 1915
Chère Alice,

J’ai bien reçu hier deux lettres de toi. 68 et 64 et une lettre de ma sœur. Merci à tous. Ta lettre à Mme Carra va très bien. Nous venons de faire deux jours de voyage en Belgique. Plus loin que l’autre fois. Je suis éreinté, nous avons roulé un jour et une nuit sans nous arrêter. Quelle poussière !

Dès que tu pourras, envoie-moi vite mes lunettes de chauffeur. Fais couper un verre à mon oncle pour celui qui manque. J’ai les yeux en perdition. Nous avons vu la bataille de près, cette fois. Je t’écrirais ce tantôt. Je crois que nous repartons demain ou ce soir. Je vais toujours bien. Embrasse bien tous pour moi. Mes meilleurs baisers pour toi et les petits.

Lucien
Lettre du dimanche 25 avril 1915


Nous contacter