Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du jeudi 26 novembre 1914
Lyon, jeudi 26 novembre 1914
Lettre de Lucien à sa fille Marcelle,

Ma chère petite fille,

J’ai inauguré aujourd’hui ton originale salière dans mon ancien cantonnement de Garibaldi et c’est donc bien juste que je t’en remercie et que cette lettre soit pour toi seule. Tu la feras quand même voir à ta chère Maman pour qu’elle te dise ce qu’il y a dessus car tes progrès ne te permettraient peut-être pas encore de déchiffrer mon grimoire. Pauvre petite, cette petite bonbonnière était peut-être un de tes joujoux préférés et tu as, en me le donnant, fait ton premier sacrifice. La vie t’en demandera encore bien d’autres. Dieu veuille qu’ils ne soient pas trop durs pour toi. Il te faudra être bien sage pour bien faire plaisir à ton parrain, à ta mémé et à ta maman, puis tu apprendras bien vite à lire et à écrire pour me faire des lettres. Quand tu seras bien savante, nous nous écrirons bien souvent et nous en serons bien heureux. Tu diras à ton parrain qu’il veuille bien t’amener à Lyon un de ces jours avant mon départ. Je serais bien heureux de vous embrasser tous avant d’aller à la guerre. Un gros mot que tu ne comprends heureusement
Lucien
Lettre du mardi 1er décembre 1914


Nous contacter