Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du dimanche 20 décembre 1914
Dijon, dimanche 20 décembre 1914
Dimanche matin (n°1)
Très chère Alice
Il pleut toujours. Nous partons paraît-il mercredi par le train pour aller à Valentigney (Doubs) près de Belfort chercher des camions neufs à l'usine Peugeot. De là nous partirons pour le front du côté de Reims dit-on. Je suis cuisinier définitivement. On m'a présenté à ce titre hier à notre officier, un jeune sous-lieutenant d'artillerie qui vient de faire quatre mois de campagne et qui me semble bien être l'homme le plus aimable du monde. Il a déjà su conquérir l'affectionde tous et c'est d'un bon augure. Je suis bien content de partir avec un officier d'artillerie, car ces officiers sont presque toujours des savants, moins exposés que les autres à commettre des erreurs de route ou autres. Enfin ce départ s'annonce bien. Nous sommes tous restés de ceux qui étaient encore……
Lucien
Lettre du lundi 21 décembre 1914


Nous contacter