Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du lundi 2 octobre 1916
Villers-Bretonneux, mercredi 4 octobre 1916

Chère Alice,

Rien reçu de toi depuis dimanche. Étrange !
Rien de nouveau. Sale temps, pluvieux et brumeux. C’est l’hiver pourri qui commence.
Je vais bien. Le courrier arrive à 9 heures et demi. Peut-être aurais-je quelque chose de toi ce matin. Nos lettres partent à 9 heures le matin, ce qui fait que je ne peux te répondre que le lendemain.
En attendant de tes chères nouvelles, et en espérant que rien de grave n’a causé le retard de tes lettres, je t’embrasse de tout mon cœur ainsi que tous à la maison.

Lucien
Lettre du jeudi 5 octobre 1916


Nous contacter