Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du dimanche 11 mars 1917
Sertier Lucien
Lyon, mardi 13 mars 1917
Mardi soir 6 heures
Bien chère Alice,
Je viens de chez le pharmacien de mes cousines sur ses conseils. Je t’envoie une boite de fortifiant dont tu donneras une cuillérée à café à la fois, deux fois par jour avant les repas, dans un peu d’eau sucrée (ça fera deux petites cuillères à café par jour). En même temps tu feras un mélange d’un demi litre d’eau de savon et un demi litre de blanche (eau de vie). Tu le frictionneras tous les matins sur tout le corps avec un peu de ce mélange (sauf sur le ventre)et tu le sècheras bien ensuite avec un linge sec. C’est la pharmacie Guerrier, avenue de Saxe. Fangeat y va bien.
Je t’envoie une veste canadienne. Tu verras, pour doublure des manches. Il faudrait supprimer ce qui avance sur les mains et ce tricotage usé qui est au bout. Faire les réparations en dedans et en dehors (coutures et accrocs). Rien de nouveau. 1 bidon essence.
Je t’embrasse bien fort ainsi que tous. Les thermomètres coutent 5 francs à présent.
Lucien
Note
Date incertaine
Lettre du dimanche 18 mars 1917


Nous contacter