Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du jeudi 22 mars 1917
Sertier Lucien
Lyon, lundi 26 mars 1917
Lyon lundi soir 9 heures (de ma chambre)
Bien chère Alice,
J’ai été tourmenté tout l’après-midi à ton sujet. Comment as-tu pu te rendre avec cette neige ? Je crains beaucoup que tu ne te mettes au lit de ce coup-là. Tu m’écriras au BA 32 quai Perrache. J’ai gagné six francs à la mairie aujourd’hui. Demain je pars à Valence, en « mission de confiance ». J’y emmène un convoi de 3 voitures comme chef de détachement et je reviens en chemin de fer une fois ma mission accomplie. Les voitures restent Valence.
Je vais vite me coucher. Je prie dieu qu’il ne te soit rien arrivé. Que tu dois être fatiguée. Écris moi pour mon retoru qui aura lieu mercredi, je pense. Je ne pourrais peut-être rien remettre à Faure si je ne suis pas revenu à temps.
Affections à tous. Je t’embrasse bien fort avec les enfants.

Lucien
Note
Date incertaine
Lettre du dimanche 1er avril 1917


Nous contacter