Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du mardi 20 mars 1917
Sertier Lucien
Lyon, jeudi 22 mars 1917

Bien chère Alice,
Tu as dû recevoir ce matin ma carte d’hier au soir te disant que je ne m’en irai pas cette semaine. En ce moment, on déménage le parc de la rue Vendôme pour aller à Perrache définitivement. Adresse moi mes lettres rue Clos Suiphon. Ce déménagement retarde un peu l’achèvement de mon camion et mon retour à Feyzin.
Je ne pense guère y aller avant lundi. Je te conseille, dès que tu auras eu cette lettre de venir de suite me rejoindre à Lyon avec Titi si rien n’y met empêchement. L’herbe ne pousse pas encore, tu ne peux pas encore aller en champ et tu n’aides par conséquent à rien chez vous. Ne tiens aucun compte des objections de Portes sur ta présence à Lyon. Une honnête femme doit être avec son mari, il me semble. J’en ai d’ailleurs causé avec mes cousines. La question est tranchée. D’ailleurs si tu as lu l’article 6 de la loi Mourier qui a été votée la semaine dernière, il faut s’attendre à ce que je reparte au front. Profitons donc un peu du temps que nous pouvons passer ensemble. Je ne m’en irai en permission que vers la fin du mois pour deux jours. Ça me permettra d’aider un peu tes chers parents. Je n’ai même pas demandé à la mémé et à Marcelle ce qu’elles étaient venues faire à Lyon. J’ai pensé que c’était pour la Teillon. J’ai dit à mes cousines que c’était pour acheter des frusques pour Pâques. Je n’ai pas eu le temps de les gronder. Elles ont fait des folies d’acheter cette charrette au Titi. Je pense que leur voyage procurera un soulagement et une guérison rapide à ton papa.
Je t’attends de jour en jour.
Embrasse bien tout le monde à la maison pour moi.
Mille baisers
Dis à ma sœur tout de suite qu’il était tard quand sa lettre est arrivée pour les obligations du Crédit Foncier. Je lui écrirai des explications à ce sujet, mais dis-le lui vite quand même qu’elle ne pense pas courir à Lyon apporter son argent.

Lucien
Lettre du lundi 26 mars 1917


Nous contacter