Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du jeudi 30 août 1917
Lyon, mardi 18 septembre 1917

Bien chère Alice,
Tu as dû recevoir ma lettre de ce matin, écrite de Montluel. Nous en sommes repartis à 10h. La pluie avait un peu cessé et nous sommes arrivés à Lyon à 11 h.
Repos cet après midi. J’en ai profité pour me raser, laver deux mouchoirs et une serviette et mettre un peu d’ordre dans ma chambre. Je vais aller à 5 h au garage voir mon travail de demain car il est probable que je n’aurai pas repos, l’ayant eu aujourd’hui. J’ai porté tout à l’heure chez mes cousines ma canadienne pour la faire sécher. J’irai y souper ce soir. Demain tantôt, si je suis libre, j’irai chez Rose. C’est convenu avec elles.
Tu me diras bien ce qu’a dit Mme Teillon de Jeanne. L’avez-vous consultée pour Marcelle ? Donne moi des nouvelles de tous.
M. Carra m’a indiqué un remède préventif contre l’appendicite. Je t’en reparlerai.
Fais part de mes amitiés bien vives à tous à la maison.
Je t’embrasse bien fort avec les enfants.

Lucien
Lettre du jeudi 20 septembre 1917


Nous contacter