Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du dimanche 10 février 1918
Sertier Lucien
Lyon, lundi 4 mars 1918

Bien chère Alice,

J’ai fait un bon retour. J’ai vu Emile et ma soeur en Portes. Rien de nouveau chez nous. Mon père va très bien il me semble. Aujourd’hui à Lyon, Pierre est venu me voir. Il couche cette nuit dans ma chambre avec moi. Nous avons rendez-vous ce soir avec lui chez les cousines. J’irai donc y souper.
J’ai le plaisir de t’annoncer que je suis nommé brigadier à la date du 1er mars et que je conserve mon emploi au bureau. Emploi qui exigeait d’ailleurs un gradé. Mon prédécesseur était maréchal des logis. La nouvelle vient de m’en arriver par le téléphone de Vendôme. Je te joins à titre de curiosité le relevé de notes qui accompagnait mon état de proposition et que j’ai pu me procurer grâce à la complaisance d’un supérieur. Elles ont été faites par M. Gambs d’après des notes existant déjà à la section.
Rien de nouveau à te dire, je pense toujours à m’en aller dimanche. Je t’embrasse en attendant bien fort ainsi que les enfants et tous à la maison.
Lucien
Lettre du dimanche 10 mars 1918


Nous contacter