Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du mercredi 7 août 1918
INDEFINI, jeudi 8 août 1918
Orléans Jeudi soir 7h 8 août 1918

Bien chère Alice,
J’ai reçu aujourd’hui ta lettre de mardi avec un bien grand plaisir. C’était quelque chose de vous tous dans cet isolement qui commence.
Cette lettre est la troisième que je t’envoie d’Orléans. Aujourd’hui, nous avons eu notre premier examen de conduite des autos. Nous sommes allés ce matin et ce soir dans la Sologne et nous avons conduit et fait des manœuvres diverses. Je pense ne m’en être pas trop mal tiré. Ceux qui n’ont pas réussi iront apprendre et ce sera autant d’étude de plus pour eux. Demain nous irons encore au cours des gradés, c’est élémentaire. Lundi nos vrais cours commenceront, ce sera plus dur. Je crois qu’il y aura deux heures d’exercice militaire par jour sous les ordres d’un officier alpin.
Notre école est 26 Faubourg Saint Jean. La chambre est 11 bis rue du Bœuf Saint Paterne. Je vois par ta lettre que vous avez battu. Avez-vous eu le beau temps ? Et le rendement ? Et la réquisition ? Donne moi bien des nouvelles de tous et « toute pour moi une histoire à Titi ». Bien des amitiés à tous à la maison. Je t’embrasse bien fort avec les enfants et toute la maisonnée. Comment va la mémé ?
Je vais bien, l’air est bon à Orléans .

Lucien
Lettre du vendredi 9 août 1918


Nous contacter