Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du lundi 19 août 1918
INDEFINI, mercredi 21 août 1918
Mercredi 21 août 1918 midi

Bien chère Alice,

Un petit mot. Reçu ce matin ta lettre 8. Merci. Ça me fait bien plaisir d’avoir des nouvelles de tous.
Il fait très chaud ici, pas de vent. Nous n’avons pas eu ce matin l’examen de M. de Milleville. Pourquoi ?
Ça barde toujours.
Je n’ai pas eu le temps de répondre ni à Villeurbanne ni à Portes ce week-end. Ce sera pour dimanche.
Je vais bien pour le moment. Il faut tant apprendre de choses que ça m’en donne le cauchemar la nuit !
Bonneton n’ira à Lyon que l’autre dimanche. Comme je te l’ai dit je crois, j’attends pour y aller la fin du cours.
Bien des choses à tous à la maison. Je t’embrasse ainsi que les enfants de tout mon cœur.

Lucien
Lettre du jeudi 22 août 1918


Nous contacter