Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du mardi 6 août 1918
INDEFINI, mercredi 7 août 1918
Orléans mercredi midi 7 août 1918

Bien chère Alice,
Nous avons commencé ce matin à suivre un cours des gradés. Notre premier cours pour EOR commence lundi matin. Nous n’aurons donc pas de longs mois à attendre. Nous avons revu ici ce matin un m.d.l. Monin de la 1140. Parti de Lyon le 25 avril dernier, son cours a commencé 35 jours après seulement. J’ai bien dormi dans ma nouvelle chambre. Les cours vont de 6h1/2 à 10h1/4 le matin 1h à 5h le soir. On va manger la soupe à un km, à la Briqueterie. L’ordinaire est assez abondant et me semble suffisant. On verra par la suite. Nos trois endroits où nous passons notre temps : chambre, école et réfectoire forment un triangle dont chaque point est distant de 1km. Le plus près est chambre-école, le plus éloigné chambre-réfectoire. Hier et aujourd’hui, temps de pluies intermittentes. Nous étions 49 élèves officiers ce matin. Il est vrai qu’il peut en arriver encore. Personne ne s’est aperçu que nous avions un jour de retard. Tous les jours il en arrive. Il en est venu six de la Part-Dieu hier. Nous n’en connaissions aucun. Rien de nouveau à te dire.
En attendant tes lettres, je t’embrasse bien fort ainsi que les enfants et tous à la maison.

EOR TM 1402
Lucien
Lettre du jeudi 8 août 1918


Nous contacter