Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du mercredi 14 août 1918
INDEFINI, vendredi 16 août 1918
Orléans vendredi 16 août midi

Bien chère Alice,
Un simple mot car j’ai du travail. Je n’ai rien reçu de toi aujourd’hui ni hier. J’ai eu des coliques mais ça m’a passé, grâce à ma ceinture de flanelle. Il fait une chaleur accablante depuis quelques jours. Rien de nouveau à te raconter, ça barde de plus en plus.
Bien des amitiés à tous à la maison. Je suis heureux de savoir que notre mémé va bien mieux. J’espère que cela ira en continuant.
Je t’embrasse de tout cœur ainsi que les enfants.

Lucien
Lettre du samedi 17 août 1918


Nous contacter