Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du dimanche 29 septembre 1918
INDEFINI, lundi 30 septembre 1918
Orléans

Lundi soir 7h1/2
30 septembre 1918

Bien chère Alice,

Rien reçu de toi aujourd’hui. Il fait froid, nous avons roulé toute la journée en auto en Sologne. Un petit fait en passant. Il y a une très bonne voiture à six cylindres dont le lieutenant se sert pour faire les convois. Il a recommandé de ne la laisser monter que par de bons conducteurs pour ne pas l’abimer. Ce matin j’étais l’un des deux élèves affectés à la voiture en question. En conduite comme en théorie, ça va donc bien. Ce n’est pourtant pas le même professeur.
Bonneton est arrivé à midi de Lyon. Il a passé son examen cet après midi. Je ne l’ai pas encore vu depuis vendredi.
J’ai écrit à midi à Villeurbanne. Hier soir après la soupe, la chambre me paraissait bien triste et je suis allé lire au foyer du soldat jusqu’à 8h. C’est tout près dans la même rue.
Rien de nouveau à te dire. La santé est toujours bonne. Je voudrais bien qu’il en fut de même pour vous tous. Affections bien sincères pour tous à la maison. Je t’embrasse bien fort ainsi que les enfants.

Lucien
Lettre du mardi 1er octobre 1918


Nous contacter