Chère Alice,

Le temps est beau...

Tout près d'ici, la bataille fait rage.

Lucien Sertier
Lettre du mardi 26 janvier 1915
Pernes, mercredi 27 janvier 1915
Mercredi soir


Bien chère Alice

Je n’ai rien reçu de toi aujourd’hui. Le courrier ne vient que tous les deux jours et tu peux croire qu’on l’attend avec impatience. J’ai reçu une très affectueuse lettre de Saint-Romain qui m’a fait bien plaisir. J’ai répondu de suite par quatre pages. Je t’ai envoyé une lettre hier. Elle porte le numéro 1. Je recommence le numérotage que j’avais perdu. J’ai reçu de toi 6 et 7 ensemble. Je vais toujours bien. Temps doux et humide, ici. Ecris moi toujours bien souvent. Tu le peux mieux que moi et tes lettres arrivent bien intactes. Je ne reçois rien d’Emile. Comment va ta chère maman et ton papa qui était enrhumé ? Je t’embrasse affectueusement ainsi que la petite Marcelle, tes bons parents et tes sœurs.

Bien affectueusement,

Lucien
Lettre du samedi 30 janvier 1915


Nous contacter